USURPER – Threshold of the Usurper (EP)

1 Participations

Notre évaluation
L'évaluation de lecteur
[Total: 0 Moyenne: 0]

Formé en 1993 à Chicago, le groupe Usurper a laissé quelques traces de sang bouillonnant dans le paysage thrash et black metal des années 1990. Ce combo largement inspiré par Celtic Frost était en train de tomber progressivement dans l’oubli jusqu’à ce que deux événements ne viennent le rappeler à notre bon souvenir. Le premier est un nouvel album, le premier depuis 2005, annoncé pour mars 2019 et qui devrait s’appeler “Lords of the permafrost”. Le second, qui nous intéresse directement ici, est la réédition de quelques œuvres de jeunesse par l’entremise du label Dissonance. Ouvrons donc les portes rouillées des cryptes moisies du cimetière maudit du thrash/black metal des années 90 et descendons explorer la tombe de cette bête qui respire toujours.

Usurper vient donc de Chicago, ce qui permet de le distinguer de l’Usurper originaire d’Atlanta en Géorgie, également pourvoyeur de death metal et auteur d’une unique démo parue en 1992. Comme la première démo de l’Usurper qui nous intéresse ici est sortie en 1994, la confusion risquait donc d’être commise. Les trois membres fondateurs d’Usurper en Illinois sont Joe Apocalyptic Warlord (batterie), Rick Scythe (guitare) et General Diabolical Slaughter (chant). Ces trois esthètes dont les vrais noms sont respectivement Joe Schaeffer, Rick Sprague et Dave Piekarz officiaient auparavant dans The Dead Youth, un combo death metal ayant affligé l’Occident chrétien des albums “Intense brutality” (1991) et “Writhing” (1993). Usurper est en fait la continuation de The Dead Youth, mais sous un autre nom. Le premier album “Diabolosis” en 1995 fixe tout de suite les règles pour l’avenir : Usurper est un groupe maniaque de Celtic Frost et tous ses efforts vont consister par la suite à sonner comme le légendaire combo suisse. Le chant grogne comme celui de Tom G. Warrior et l’inspiration morbide recopie fidèlement les effets musicaux et sonores terrifiants dont était capable Celtic Frost, aujourd’hui malheureusement séparé.

La suite qui nous intéresse directement est donc cet EP “Threshold of the usurper”, paru à l’origine en 1997 et qui était au départ un album partagé entre Usurper et un autre groupe du nom de War, sous le nom de “Threshold of the usurper/Total war”. L’intérêt de la réédition Dissonance est évident pour les amateurs de thrash metal classique fortement imbibé de black metal. On découvre ici une pièce rare ressortie des couloirs du temps, soit cinq morceaux d’une brutalité exemplaire, dont “Black funeral” qui n’est autre qu’une reprise de Mercyful Fate. Personnellement, en tant que grand amateur de Celtic Frost et de Mercyful Fate, j’ai dû faire un petit effort pour extraire mon crâne du mur où je l’avais enfoncé à force de headbanging incontrôlé. Autre beau moment d’anthologie, une plage titulaire “Threshold of the usurper” affichant plusieurs minutes de combat lourd entre thrash metal ursidé et black metal ultra-violent, et assorti d’un morceau caché à la toute fin du disque.

Voilà donc une bonne occasion de découvrir ou redécouvrir Usurper à travers cette réédition proposée par Dissonance, qui n’a pas chômé puisqu’il a également prévu une réédition du deuxième album “Skeletal season”, paru en 1999 et dont on va parler dès la prochaine chronique.

Pays: US
Dissonance Records
Sortie: 2019/01/04 (réédition, original 1997)

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!