DISTRICT 97 – Screens

8 Participations
Notre évaluation
L'évaluation de lecteur
[Total: 0 Moyenne: 0]

Retour de cette formation américaine qui nous avait je pense enchanté surtout par le biais, d’une chronique retraçant le contenu d’un album reprenant un concert donné par le groupe en présence du grand et regretté John Wetton mais, le groupe District 97 est aussi une valeur sure du paysage progressif US proposant un rock souvent teinté de métal-progressif proche du travail d’un Dream Theater. Sur ce venons-en à ce nouvel opus proposant d’emblée une composition technique et vivifiante via une petite démo de batterie puis, le rock-progressif se met alors en action avec aussi un travail aux orgues, introduisant le chant affirmé et décidé de Leslie Hunt l’un des éléments constitutifs de la musique du groupe au même titre ici qu’une orchestration travaillée et complexe. Je vous laisse en juger à travers l’extrait disponible ci-dessous :

Avec d’ailleurs un très beau travail technique à la basse et un son mixé plutôt sympa de la caisse-claire et des autres fûts, une composition multiple-facettes et donc proche d’une certaine manière de la fusion-rock avec çà et là, des pincées de jazz-rock et des démonstrations techniques. “Sleep” démarre plutôt sur le mystère et l’atmosphérique pour ensuite, verser dans un métal-progressif technique et plutôt bien mixé avant de changer à nouveau de cap, pour partir vers un classic-rock voir un jazz-rock où le travail vocal est lui-aussi complexe et travaillé :

On continue dans un style multiple-cartes et donc proche de la fusion-rock avec par exemple d’une part du classic-rock et d’autre part, du métal-progressif lorsque la guitare se fait plus heavy mais ce n’est pas tout car, on perçoit encore des relents de jazz-rock lorsque l’orgue pointe le bout du nez ! “Bread & Yarn” servira ici d’interlude ou plutôt de moment de pause, avec ce morceau plus temporisé qui met en avant une instrumentation feutrée et des chœurs partant vers les hauteurs, une composition qui montre toujours cette recherche de diverses pistes au sein d’un même travail car les choses finissent par s’accélérer pour prendre plus de corps avec par exemple une prise de vitesse et de force au niveau de la batterie…idem pour la guitare qui part en vagabondage et c’est sans oublier un travail tout en finesse à l’orgue !

Il s’ensuit une composition basées sur le métal-progressif et le rock’n’roll, donc assez proche techniquement de Dream theater avec une musique tonique et pêchue qui ne manque point de rebondissements sonores avec aussi, de nombreux passages techniques pour l’ensemble des instruments (basse, guitare, batterie et claviers). Puis on change encore de registre avec une composition plutôt avant-gardiste faite de sons et bruitages éparses, frôlant la fusion et le jazz-rock avec un côté assez expérimental et instrumental forcément, un style fusion qui se maintient sur le morceau “Shapeshifter” disponible ci-dessous :

Une nouvelle composition multiple-facettes voguant d’abord vers le métal-progressif puis, le jazz-rock revient au-devant des débats mais, le côté heavy et métal refait alors surface, le tout accompagné du chant assuré et bien placé de Leslie qui fait ici corps avec la musique. On finit la traversée de l’opus par d’une part une ballade à la fois jazzy et classic-rock et d’autre part, un dernier morceau respirant la fusion passant d’un piano néo-classique à des envolées métalliques, supportés par les modulations vocales féminines allant du temporisé au chant décidé et haut-perché.

En fait on retrouve ici un progressif complexe rappelant à la fois Dream Theater ou Spock’s Beard avec en sus, de nombreux passages tirant vers le jazz-rock ou le rock-fusion, le tout saupoudré d’un chant féminin plutôt efficace et sûr de lui. District 97 signe ici un nouvel album bien dans la veine du style de musique, qu’il s’est appliqué à construire depuis un certain temps, amis progressifs à vos marques !

https://district97.bandcamp.com/album/screens

Line-up :
Leslie Hunt (chant)
Andrew Lawrence (claviers)
Jim Tashijan (guitares et chant)
Tim Seisser (basse)
Jonathan Schang (batterie et percussions)

L’album:
“Forect Fire”
“Sheep”
“Sea I Provide”
“Bread & Yarn”
“Trigger”
“After Orbit Mission”
“Shapeshifter”
“Blueprint”
“Ghost Girl”

Pays: US
Autoproduction
Sortie: 2019/10/04

https://www.facebook.com/District97/

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!