DRAKKAR – Once Upon A Time… In Hell !

0 Participations
Notre évaluation
L'évaluation de lecteur
[Total: 0 Moyenne: 0]

Ces dernières années ont été marquées par le retour inespéré de formations métalliques disparues corps et âme après avoir connu une gloire éphémère au cours des années quatre-vingt. Parmi les résurrections les plus réussies, nous citerons en priorité celles des anglais de Hell, de Satan et de Battleaxe ou encore le glorieux comeback de nos compatriotes d’Ostrogoth qui, s’il doit encore être validé par la publication d’un nouvel album, est en tout cas tout à fait opérationnel au niveau scénique.

Avouons le sans honte, nous avons bien failli associer le retour de Drakkar à cette vague de résurrections. Cependant, après avoir écouté et réécouté “Once Upon A Time… In Hell !”, nous hésitons un peu à persévérer dans cette voie. Car contrairement aux formations précitées, qui ont touché nos cœurs d’éternels adolescents en pinçant la corde de la nostalgie, Drakkar semble avoir décidé d’aller de l’avant et de moderniser son style sans se soucier de l’actuel regain d’intérêt pour la vieille école du Métal.

N’allez pas en déduire que le Métal de Drakkar doive désormais être décliné avec un suffixe tel que ‘Nu’, ‘Neo’ ou ‘Core’. Il n’en est rien. La formation montoise ne renie aucunement ses origines, mais elle semble partagée entre ce passé Speed Métal qui lui colle à la peau depuis la sortie de son désormais classique “X-Rated” en 1988 (NDR : réédité en version remastérisée sous le titre X-Rated Reloaded par UltimHate Records début 2012) et l’envie de conquérir un nouveau public, avide de sensations plus fortes. C’est sans doute la raison pour laquelle les Montois se sont adjoint les services du batteur tentaculaire qu’est Jonas Sanders (Pro-Pain, Resistance, Age Of Torment, Komah, …) qui, par son jeu résolument moderne, apporte à “Once Upon A Time… In Hell !” une sacré dose d’énergie et de puissance, mais aussi côté froid et mécanique qui n’aurait pas eu sa place sur un disque de Métal Old School. À cette force de frappe, il faut encore ajouter le toucher virulent du nouveau bassiste du groupe Thierry ‘Tytus’ Dupont, connu pour son implication dans des formations Hardcore telles que No Brain ou T.C.M.F.H.. Cependant, cette section rythmique entièrement renouvelée n’est pas seule responsable la modernisation de Drakkar. Pour en arriver là, les fondateurs du groupe ont également dû subir un léger upgrade. Fabrice ‘Leny’ Vanbellinghen, par exemple, semble avoir beaucoup gagné en maturité. Le frontman a abandonné les vocaux hauts-perchés typés eighties qu’il utilisait sur “X-Rated” au profit d’un chant, toujours mélodique, mais bien plus féroce que par le passé. Sa rage vocale est souvent soutenue par des backing vocaux hargneux et fédérateurs, plus proches de ce qui se fait dans le milieu Hardcore qu’au sein de la scène Power Métal. Aux six-cordes de Richard ‘Richy’ Tiborcz et Thierry Delcane, vient désormais s’ajouter celle de Pat Thayse. Trois guitares, donc, pour une succession de riffs qui marient agréablement le Power/Speed antique au Groove Thrash moderne. La qualité sonore est assurée par le mixage et la mastérisation haut-de-gamme de François Dediste (15 Reasons, No Brain, Ardenne Heavy).

“Once Upon A Time… In Hell !” est, au final un album plutôt original puisqu’il allie l’ancien et l’actuel et qu’il intègre des éléments que l’on n’attend pas vraiment sur une plaque estampillée ‘Power/Speed Métal’. Un retour gagnant donc, auquel nous vous recommendons d’accorder votre attention et, surtout, votre soutien !

L’album (54’11) :

  1. Enter The Darkness (2’07)
  2. Once Upon A Time… In Hell (4’01)
  3. Lost (4’14)
  4. Angels Of Stone (4’26)
  5. Yerushalayim AD 1096 (4’19)
  6. Saint Bartholomew’s Night (4’39)
  7. Jubilation At The King Nimrod’s Court (0’55)
  8. Babel (5’40)
  9. Scream It Loud (4’11)
  10. Never Give Up (4’50)
  11. War (5’59)
  12. A Destiny That Does Not Heal (3’54)
  13. What’s Going On ? (4’02)
  14. Epilogue (0’47)

Le groupe :

  • Leny : Chant
  • Richard ‘Richy’ Tiborcz : Guitares
  • Pat Thayse : Guitares
  • Thierry Delcane : Guitares
  • Thierry ‘Tytus’ Dupont : Basse
  • Jonas Sanders : Batterie

Pays: BE
Spinal Records – SPINAL005
Sortie: 2014/10/03

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!