WOLF – Shadowland

0 Participations
Notre évaluation
L'évaluation des lecteurs
[Total: 0 Moyenne: 0]

Mais où s’arrêteront-ils ? Quand feront-ils un faux pas ? Pour l’instant, ils sont toujours impeccables, ces hommes de Wolf, qui viennent de lancer sur des rails fumants leur nouvelle locomotive entièrement en acier chromé, un neuvième album nommé ʺShadowlandʺ. Cela fait des années que les chroniqueurs de Music In Belgium attendent avec inquiétude un album de Wolf qui serait décevant mais ils ont toujours eu la satisfaction de découvrir à chaque fois un album fantastique. C’est ainsi que nous avons été séduits successivement par ʺLegions of bastardsʺ (2011), ʺDevil seedʺ (2014), ʺFeeding the machineʺ (2020) et ce nouveau ʺShadowlandʺ qui ne déroge pas à la marque de fabrique du groupe, avec son heavy metal classique superbement troussé.

Ici, on prend les mêmes et on remet ça, le vétéran chanteur Niklas Stålvind, ayant réussi – fait rare – à maintenir le même équipage entre le précédent et le nouvel album. On retrouve donc Simon Johansson (guitare), Pontus Egberg (basse) et Johan Koleberg (batterie) qui ont désormais trouvé une irréprochable osmose entre eux, se comprenant à demi-mot et pouvant jouer les yeux fermés.

Il s’est passé peu de temps entre les deux albums, juste deux ans alors qu’il avait fallu attendre six années entre ʺDevil seedʺ et ʺFeeding the machineʺ. Il faut dire que Wolf a en quelque sorte eu la chance de passer entre les mailles du filet Covid puisqu’il avait sorti son précédent album exactement trois jours avant le début du confinement général en mars 2020 et qu’il a eu tout le loisir de préparer son nouvel album après la crise sanitaire. Niklas Stålvind a profité de l’arrêt des tournées pour préparer des chansons qu’il imaginait pour un album solo ou d’autres projets. Mais finalement, les compositions retenues ne dépareillaient pas avec le style percutant de Wolf, ce qui a abouti à cette sortie rapide.

Et bien en a pris à Wolf de se dépêcher car il est resté chaud bouillant dans la continuité de son précédent album et il nous balance des mines explosives jouissives sur cette nouvelle galette qui dévaste tout. Le groupe signe sans doute ici son album le plus accompli, équilibre parfait entre morceaux de pur métal (ʺDustʺ, ʺVisions for the blindʺ) et ajout d’une dose homéopathique de mélodie qui préserve néanmoins le potentiel destructeur formidable des morceaux (ʺThe time machineʺ, ʺEvil livesʺ, ʺSeek the silenceʺ). Niklas Stålvind nous avait habitués à faire évoluer son chant entre Rob Halford, King Diamond ou Udo Dirkschneider. Ici, c’est vers le chanteur d’Accept que Niklas Stålvind tend le plus, entraînant aussi la structure des morceaux vers le souvenir de ces bons vieux Teutons flingueurs.

Et donc, ça envoie des baffes à travers tout durant la totalité de l’album, qui ne perd jamais son souffle au cours de la chevauchée infernale constituée par onze morceaux (dont un bonus). On reste aussi subjugué par la rigueur rythmique de ces titres, animés par des pulsations tendues et traversés de fantastiques progressions instrumentales. Il faudra encore citer ʺThe ill-fated Dr. Mordrakeʺ et ʺRasputinʺ comme morceaux donnant une envergure impressionnante à cet album, sans oublier ʺExit signʺ qui vient fermer le couvercle brûlant de la chaudière nucléaire qui nous transforme les tympans en vapeur. De toute façon, il n’y a aucun répit au cours de cet album qui nous tient en joue avec ses canons lourds jusqu’au bonus ʺTrial by fireʺ, dernière tuerie totale en plomb fondu qui termine ce disque dans une grandiose apocalypse métallique.

Vous connaissez la conclusion, on prend son bélier en fonte et on enfonce la porte du premier disquaire venu pour mettre la main sur cette indispensable galette. Exécution.

Le groupe :

Niklas Stålvind (chant, guitare)
Simon Johansson (guitare)
Pontus Egberg (basse)
Johan Koleberg (batterie)

L’album :

ʺDustʺ (4:42)
ʺVisions for the Blindʺ (5:37)
ʺThe Time Machineʺ (6:11)
ʺEvil Livesʺ (3:33)
ʺSeek the Silenceʺ (4:59)
ʺShadowlandʺ (4:06)
ʺThe Ill-fated Mr. Mordrakeʺ (5:36)
ʺRasputinʺ (4:47)
ʺExit Signʺ (4:21)
ʺInto the Black Holeʺ (4:38)
ʺTrial by Fireʺ [bonus] (6:07)

https://www.facebook.com/officialwolf

Pays: SE
Century Media
Sortie: 2022/04/01

Laisser un commentaire

Music In Belgium